Ames transies

12/2/2010

 


Le 12 février il y a un an, un soleil radieux brillait sur nos vies

Nous étions heureux


Et puis le 13...


Aujourd'hui notre monde est amputé de son soleil

C'est comme dans un cauchemar mais au réel


La meule du temps dans son implacable mécanique tourne encore, sans cesse, sur l'infini

Et l'univers - on le sait maintenant - reste aveugle et sourd à tous nos cris


Nous sommes laminés

Vieillis


Le monde d'avant palpite encore - pour d'autres - dans le lointain

Il semble irréel


Dans la nuit de nos vies

Le grand bonheur a fui


Nos photographies sont des pansements de papier enrubannés sur des blessures profondes

Nos souvenirs sont de fragiles attelles impuissantes à ressouder les vies brisées

Nos douleurs sont incessantes qui palpitent dans nos coeurs

Nos mémoires sont défaillantes

Nos âmes sont transies


Dans les tréfonds de nos êtres

Dans nos coeurs, dans nos âmes et dans nos têtes

Que reste t-il?


Tu n'es plus là

Et il revient à chacun d'avoir une douleur bien à soi



Papa

 

 

 

 

 

 

Category : Journal de bord | Write a comment | Print

Comments

chrys, le 14-02-2010 à 22:21:23 :

Bonsoir à vous

Juste quelques mots pour vous témoigner nos tendres pensées qui malheureusement ne peuvent panser vos plaies! Je voulais vous laisser un message suite à vos mots le 10/02 mais rien ne sortait! C'est toujours avec beaucoup d'émotion que nous vous lisons.... Terrible 13 février mais nous voulions croire à la guérison, et après avoir rechuté, nous voulions croire au miracle. La vie en a décidé autrement et c'est tellement injuste. Nous vous embrassons très fort petits et grands, et pensons très fort à vous.

La maman de Julie, Julie, sa soeur et son papa.

delphine ,manon,thierry, le 14-02-2010 à 21:46:09 :

Fanny,

Comment ne pas penser à toi,à ce jour où tout a basculé. Je me rappelle ce retour de vacances de l'an passé. Manon attendait avec impatience la venue de sa copine à la maison.Mais malheureusement, la vie en a décidé autrement.Il lui arrive de retrouver des petits mots écrits pour Lisa et Noah et de nous parler d'elle comme si elle était encore là. Lisa est présente dans nos esprits et le restera. Nous pensons très fort à elle et à vous tous.

Je tembrasse très fort,à bientôt,

                    Delphine

nanou88, le 14-02-2010 à 21:15:44 :

courage

Jérémie

 

Une grosse et triste pensée hier évidemment.... même si vous êtes dans nos esprits tous les jours.

Les mots sont durs à trouver... nous sommes là.

Affectueusement.

 

Stéphanie

 maldaurore, le 14-02-2010 à 15:14:51 :

bonjour

J'ai énorment pensée à vous hier et à Lisa bien sûr...

Je vous embrasse tous très fort.

Florel

Valérie, le 14-02-2010 à 11:21:56 :

...ce monde parallèle...

A vous chers parents de Lisa,

Je n'ai plus donné signe depuis l'enterrement de votre Princesse car je sais à quel point on est "différent" lorsqu'on est dans un deuil profond. Vous avez parlé de ce monde parallèle dans lequel on évolue bizarrement, en pensant ne plus rien avoir en commun avec la vraie vie, avec ce qui fait courir, sourire, souffrir le reste de la planète...Mais le silence qui traduit la gêne, la (presque) culpabilité d'avoir droit à la "vraie vie" alors que vous en êtes privés n'a pas de sens. Je sais aussi, comme Fanny l'écrit, que l'on se rattache aux petits mots, même les plus banals. Ils nous mettent du baume au coeur.

Aussi, je veux simplement vous témoigner toute mon affection et vous dire que je pense très souvent à vous...

Je vous embrasse

Cousine Valérie

Céline CK, le 13-02-2010 à 23:11:11 :

Les mots me manquent

 

je suis de tout coeur avec vous.

hélèned, le 13-02-2010 à 22:33:27 :

triste anniversaire...

Comment oublier ce maudit vendredi 13... Jamais je n'aurais imaginé qu'il puisse arriver un tel malheur à ma petite élève Lisa. Elle, que je voyais dotée de toutes les qualités : tellement mignonne, calme, attentionnée avec les autres et surtout très douée dans son travail. Je me disais :"c'est vraiment une petite fille modèle !"...
Quand j'ai appris la nouvelle de sa maladie, j'avais du mal à y croire. Comment était-ce possible ? Mais j'avais confiance en la médecine. Je pensais vraiment qu'elle guérirai.
C'est ce que j'avais dit à ses camarades de classe. Et régulièrement, ils me demandaient : "Elle revient quand Lisa ?" et c'est Noah qui répondait " Encore .... dodos !"
Dès qu'elle rentrait à la maison, il était content de le dire. Et il me disait aussi : "Maîtresse, n'oublie pas de me donner les devoirs pour Lisa ! "

Même si à la fin il ne jouait plus beaucoup avec elle, il me faisait sentir qu'il était impatient de la voir.
Il disait à ses camarades que ce serait long mais qu'elle reviendrait en classe.
Il y croyait, on y croyait, et pourtant...

Quand j'ai dû apprendre à mes élèves la triste nouvelle, j'appréhendais leur réaction.
Pendant que mes larmes coulaient, eux ne disaient rien. Je pensais qu'ils auraient été plus tristes ...Il m'ont juste dit "Pourquoi elle est morte Lisa ?" C'était l'incompréhension.
Aujourd'hui, ils parlent encore parfois d'elle, et quand ils en parlent c'est au présent...
Quand on a marqué les anniversaires des enfants de la classe, ils ont voulu aussi écrire "Lisa" en ajoutant un coeur à côté... Elle est toujours présente dans leurs esprits.

Toi Petite Lisa, si parfaite que tu es devenue un ange, je t'embrasse bien fort.
Aide tes parents à vivre malgré ton absence, apporte-leur de la lumière dans leur coeur afin que la vie reprenne du sens.

Bises à vous deux, Fanny et Jérémie

Hélène



Emma, Loan, Anna - Lou, Christophe et Delphine, le 13-02-2010 à 21:52:11 :

Fanny, Jérémie

Il y a un an, vos vies ont basculé, une lutte acharnée s'est engagée, hôpital, médicaments, examens, doutes, Lisa a vécu des mois difficiles, mais aujourd'hui elle est apaisée, et c'est ainsi que j'aime l'imaginer, calme, sereine comme je l'ai connue. Je sais que sur son nuage, elle est heureuse, elle peut goûter à tous ses mets favoris, elle peut courir sans la peur de tomber et de saigner, elle peut dessiner, colorier à l'infini dans ce temps qui s'est arrêté qui est sans limite, qui lui appartient. Aujourd'hui, c'est à vous ses parents et parents de coeur, frères et soeurs, papi et mamis que je pense, cette douleur lancinante qui ne vous quitte pas doit être décuplée en ce jour. Comme lorsque Lisa en avait besoin, ces jours où les "bas" prenaient le dessus, je vous envoie des tonnes d'énergie positive et de courage. N'oubliez pas , sourire, rire, vivre. Bien à vous, Delphine. PS : évidemment, des milliers de bisous ailés s'envolent vers son paradis rose.

Laurine l., le 13-02-2010 à 19:57:21 :

Du courage

Bonsoir Maîtresse, Le 13 février fut une date inoubliable. Cette date restera dans nos esprits à vie. Vous êtes si courageuse. Mais n'oubliez pas : RIRE SOURIRE VIVRE J'espère vous revoir rapidement. Bisous Laurine

Céline et cie, le 13-02-2010 à 14:41:29 :

plus que du courage

Lorsque je me suis reveillée ce matin, ma première pensée a été pour Lisa, pour ce jeudi  12 fevrier il y a 1 an ou nous avions tant ri ensemble...
Nos rires, nos sourires n'ont plus le même éclat aujourd'hui et ne seront plus jamais pareils.
Au plus profond de moi, Lisa son courage et sa joie de vivre ont laissé une trace indélebile.

Ma peine reste grande mais votre détresse est inimaginable. difficile de vous parler au travail alors je me donne comme mission de vous faire sourire le plus possible dès que c'est possible.Dérisoire , certes.....mais  " rire, sourire, survivre"...est, devient necessaire.

Je reste de tout coeur avec vous,encore et toujours.
Vous êtes magnifiques de force et de dignité.
 je vous embrasse très fort

Céline

la maman de Noam, le 13-02-2010 à 13:49:34 :

anniversaire...

Le 13 février, veille de mes 19 ans, j'ai perdu mon papa, subitement. Cela fait aujourd'hui 18 ans... Les dates anniversaires, un an, deux ans ou dix ans sont toujours aussi douloureuses, insupportables, plus que les autres jours.

Cette date sera pour moi doublement douloureuse....

Je me joins à vous, à votre douleur et à votre souvenir et je leur fais à tous les deux un gros bisous là-haut, sur leur nuage.

nathalie saluzzi, le 13-02-2010 à 12:48:42 :

douleur et souffrance

comment ne pas venir vous faire un petit signe en cette journée qui rappelle que l an dernier l'effroyable diagnostic des ^docteurs allait changer le bonheur de vos familles en un terrible cauchemar. je pense à ce petit ange qui d`où elle se trouve vous entoure de son aura.

Mon coeur s'associe à votre très grande peine et je suis triste de ne pas pouvoir trouver un breuvage ou une potion magique comme dans les contes de fées ou de princesses qui  pourrait vous  soulager de cette terrible souffrance.

Jérémie, Fanny 

je vous envoie du maroc un souffle d'espoir de bonheur auprès de vos petits  et de vos proches.

avec toute ma tendresse

nathalie saluzzi

héloïse, le 13-02-2010 à 08:09:00 :

Jérémie

Je suis de tout coeur avec vous en ce maudit anniversaire, je me souviens aussi de ce merveilleux 12 février où nos enfants s'étaient si bien amusés même si la maladie pointait déjà sournoisement, nul ne le savait et le temps était à la joie et l'insouciance, le simple bonheur de l'instant partagé, si seulement les dates pouvaient s'effacer et ne rappeller à personne le temps qui passe... je vous embrasse fort, julie

| Contact author |