Articles of this page


Pensée du jour

Pensée du jour

Added 14/7/2009

Pas un jour sans une pensée pour toi

Pas un jour sans pourquoi

Pas un seul jour non plus sans douleur

Et pourtant la vie, toujours, alors

Pas un jour sans sourires

Pas un jour sans contempler ses enfants, merveilleux

Et pas un seul jour non plus, sans bonheur

 

15 ANS

La moitié d'une vie pour un

Tellement loin pour l'autre

Une éternité pour l'être aimée

 

Quand la vie nous frappe, on croit alors ne jamais pouvoir s'en relever...partir plutôt que de lutter

Mais chacun de nous ici bas a en lui une force incommensurable de courage quand la vie nous joue des tours. Celle-là même que nous chérissons tant et qui se montre parfois cruellement injuste.

Se battre, encore et toujours

L'optimisme doit toujours être un optimisme sans faille et mes angoisses s'envolent devant un seul de tes sourires, Lisa, ma chérie

Les jours meilleurs arriveront bien vite

Cette épreuve fera alors de toi une jeune fille et une femme heureuse pour l'éternité.

Voilà le secret, profiter de la vie avec une insouciance incroyable mais garder à l'esprit, toujours, que tout s'arrête brutalement, sans bruit, sans un mot, tout doucement...

On reconnait le bonheur au bruit qu'il fait quand il s'en va. Malheureux sont ceux qui n'ont connu que le bonheur car ils ne savent pas la douleur, l'angoisse, la peur, la tristesse. Ne les envie jamais, ma puce.

 

Il me semble que cette nuit mon étoile, ton étoile, brille plus encore, ma chérie.

On ne pouvait rêver mieux pour veiller sur toi

J'ai alors la certitude que plus rien ne pourra nous effrayer.

Moi qui ne croit en rien je me surprends à prier :

     Papa, aide moi à trouver la force nécessaire

     et éclaire nous le chemin

     laisse moi ma petite Lisa

     bien vite arrivera le temps des retrouvailles

 

 

"Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

"Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

"Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m’échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
Va dissiper la nuit.

"Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
Il coule, et nous passons !"

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
S’envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

               Le Lac - Alphonse de Lamartine

 

 

A vous qui nous lisez chaque jour, qui nous soutenez depuis 5 mois déjà

Une parole, un mot, une pensée, un geste, autant de choses tellement réconfortantes

Aucun merci ne suffira jamais pour vous témoigner toute notre gratitude dans cette épreuve

La victoire sera aussi votre victoire

MERCI, du fond du coeur, Merci

parents, famille, amis, internautes des quatre coins du monde

 

      

 

 

 

    

    

    

    

    







Tags :
Category : Chroniques de l'hôpital | Comments (8) | Write a comment |

| Contact author |